«Hear me», pour que la surdité ne soit plus un handicap

Ajouté le 26/10/2017 à 11:50

Partager
«Hear me», pour que la surdité ne soit plus un handicap
A l’heure où les smartphones sont devenus aussi nécessaires que les clés de la maison, il est toujours aussi compliqué d’appeler un ami atteint de surdité pour l’inviter à boire un café ou lui expliquer une procédure administrative. Le moyen le plus simple est de lui envoyer un message texte pour qu’il puisse le lire. Le problème est que chez les sourds et les malentendants, le taux d’analphabétisme est énorme. Selon la Fédération mondiale des sourds, le taux d’analphabétisme frôle les 80%. Fort de ces statistiques, le jeune propriétaire d’une start-up tunisienne, Nour Ben Yahia, a travaillé sur la thématique pendant plusieurs années, pour aboutir finalement à ce qu’il considère comme la plus grande victoire de son entreprise: «Hear me», une application android, développée en faveur des sourds et des malentendants, et qui permet de convertir les messages textes, en vidéo en langage des signes, interprété par un joli avatar. Il s’agit de la première application de ce genre au monde.

«Depuis longtemps, les personnes sourdes ou malentendantes sont restées à l’écart des nouvelles technologies de l’information, explique le jeune créateur de l’application. A moins de détenir un équipement extrêmement coûteux, les sourds-muets ont du mal à communiquer à l’ère des TIC. Ce projet contribue ainsi à l’inclusion sociale des sourds en améliorant les moyens de communication avec eux, et en particulier l’utilisation du téléphone».

L’application fonctionne aussi dans le sens inverse, lorsque la personne atteinte de surdité souhaite composer un message, elle pourra faire usage d’un catalogue qui propose différents mots en langage des signes. A la réception, son interlocuteur pourra à la fois visionner une vidéo en langage des signes et sa traduction, en arabe, en français ou en anglais. «Notre objectif étant de mieux faire connaître le langage des signes par le grand public, nous ne lui transmettons pas uniquement le message texte, nous tenons à lui transmettre également la vidéo en langage des signes», précise Nour Ben Yahia.

«Hear me» peut également servir à la communauté des sourds et malentendants, qui pourront communiquer via des messages en langage des signes. Evidemment, certaines autres applications proposent directement des communications vidéo, mais créent quelques désagréments, comme le fait de devoir tenir le téléphone portable d’une main et à distance du corps, or, il est évident que la langue des signe mobilise les deux mains à la fois.

Dans le monde, nous comptons plus de 70 millions d’utilisateurs du langage des signes, 10 millions dans le monde arabe et entre 50.000 et 100.000 en Tunisie.

«Le projet touche l’entourage des personnes sourdes et des malentendantes tel que la famille, les collègues, les amis, etc. Par conséquent, l’application peut toucher une grande communauté aujourd’hui encore marginalisée», déclare le créateur de l’application.

“Hear me” est aujourd’hui gratuite et disponible pour le grand public. A terme, Nour Ben Yahia voudrait rentabiliser son idée et commercialiser l’application dans le monde entier. Comme Nour Ben Yahia, des centaines de jeunes talents se démènent pour innover et créer sans rien demander à personne, ils n’ont besoin que d’un peu de reconnaissance. 

Par : Karim BEN SAID


Lundi 26 Fevrier 2018